ROCK THE WEB//

Comment le web va faire bouger ton cul !??

Comment le web va faire bouger ton cul !??

Ca fait quelques temps que j’ai envie d’en parler, depuis qu’ils ont fait une couv’ sur The Kills, propos rock inédits dans un mag électro. Juste à cause de la musique. Ce mois-ci, la rédaction claque encore un excellent dossier dirigé par/pour/contre/avec le web. Je sais, je fais un peu de pub, mais je n’ai rien écrit dans ce numéro, donc…

Il y a fort à parier que la majorité de la haute caste journalistique de ce pays a peur du web. Ou du moins n’y comprends pas grand chose, ce qui dans le fond revient au même. Trop rapide, trop vaste, trop compliqué, trop génial. De fait, lorsque ceux qui n’y entendent rien se la jouent moderne et se dévergondent le temps d’un dossier en glosant sur iTunes Music Store, on lit logiquement un certain nombre d’âneries concernant la musique dématérialisée, le téléchargement gratuit ou pas, légal ou illégal, les webradio, la licence Creative Commons et autres sujet que les kids bioniques de l’an 2000, eux, ont parfaitement assimilé. Mais lorsque les plumes de TRAX, elles-aussi bioniques, s’attaquent au sujet, forcément ça va un peu plus loin (et ça s’étale sur plus de 30 pages, ce qui est quand même très rare dans la presse magazine française…). On est ici en territoire électronique, entre retourneurs de plateformes, bloggers infatigables, pirates facétieux, animateurs virtuels et amateurs dévoués. On découpe alors intelligemment influences croisées et coïts futuristes entre musique et technologie.

On salue d’abord l’effort, mais on se réjouit aussi du contenu. Avec pour prétexte initial les crises de nerfs -et de rire- qui ont agité le mois dernier l’Amsterdam Dance Event, l’équipe découpe en une dizaine d’articles les problématiques qui transpercent le sujet : achats en ligne, modes de consommation, labels communautaires, cellules de crise, réactions de pros de la scène électro (de Error Smith à Boyz Noize ou Dave Clarke), leaking, distribution numérique, générateurs de remix, audioblogs (banque de liens conséquente à l’appui), webradios, mixonline, pagailles numériques et foutages de gueules inhérents. Où l’on dit enfin clairement et au grand jour que les raisons de la crise de l’industrie du disque sont un peu les mêmes que celles, plus générales, qui agitent les bourses mondiales en cette fin 2008 : « mauvais management, avarice, manque de vision », dixit Dave Clark. Voilà, fini de dorloter l’industrie. Trax met les mains dans la merde, et sort un grand dossier sur un grand bordel. Achetez et circulez !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :