SAINT DENIS FONK…

« Authentik oui trop typique, cette saveur aromatique, qui jamais identique, reste pourtant poétique, etc ». Comprenne qui pourra, qui a été percuté par le rap avant 1990, qui a suivi toute l’histoire et à entendu le verbe se tordre, se planquer off-beat et se désyntaxer au fil du temps.

Wesh, la coupe !

Du coup, quand il a été question, chez Les Inrocks de décortiquer l’histoire NTM pour les besoin d’un hors série dans lequel tu apprendras tout ce que t’a mère t’a toujours caché, j’ai opté pour Authentik et 1993… J’appuie sur la gachette. Deux albums majeurs, deux marques dans l’histoire du hip-hop français puisqu’ils en ont posé les jalons, donné les directions musicales et imposé les thèmes dès le début des 90’s. Deux gifles dans ma tête, aussi, à une époque où je me sentais un peu seul dans ma cour de récré avec mes deux potes b-boys et tous les autres qui se foutaient de ma gueule. Et qui, aujourd’hui, connaissent par coeur la discographie de Jay-Z qu’ils tiennent pour l’ultime artiste du XXI° siècle avec son autotune cassé. « Yo yo le rap », ok pauvre con. Cassement de jambes, arrachage de tête pour ces maudits. RZA président des States. Nick ta mère.

En vente dans ta rue !

Je suis donc allé trouvé Kool Shen dans son palais de Courbevoie qui nécessite pas moins de trois codes avant d’entrer dans le hall. Elégant appartement big écran terrasse juste à la verticale du soleil, j’ai mis mes grandes oreilles, ramené mon micro et j’ai creusé . C’était royal, anecdotes de fin de nuit en studio, découpage de breaks, de techniques et de samples. En avant première, quelques cuts qui vont finir de te convaincre d’acheter l’album hors-série produit par moi-même, Bertin, Cachin et Sianko. « Encore une fois, les patrons du rap te mettent une claque », ouais, ouais, j’en ai des milliers comme ça.

NTM, période Authentik, c’est d’abord un langage qui m’a scié en deux, en K7 audio bien entendu. J’écoutais, des milliers de fois, ces milliers de phases qui me paraissaient si brillantes que j’en ai ressorti quelques-unes dans des devoirs de collégiens, notamment en histoire. Je me souviens très bien de m’être lourdement inspiré de Kool Shen pour amorcer un devoir sur Churchill par : « Aucunement dirigé, nullement dirigeable, mais capable néanmoins de frapper du poing sur la table, Winston Churchill, etc… ». Comprenne qui pourra, mais ça m’a bien aidé. Authentique anecdote, et je sais que je suis pas le seul. J’y ai appris, aussi, le mot ankylosé, qui claquait sévère quand je le glissais dans une phrase à la cantine. « Ankylosé par les années, etc ». Le complexe des banlieusards qui parlent finalement mieux que tes profs.

Kool Shen, à propos du langage de NTM sur les deux premiers albums

NTM c’est aussi un flow, et là les choses se corsent, du moins à l’époque. Ou comment Kool Shen et Joey Starr ont percuté, une fois que leur premier disque a été enregistré, qu’ils étaient loin du compte…

Kool Shen, à propos de la gifle

NTM comme n’importe quel groupe Timide et sans complexe de l’époque était foudroyé par Public Enemy. On perçoit clairement d’ailleurs, à l’écoute d’Authentik les manies d’empilage du Bomb Squad même si, curieusement, ça sonne un peu étroit dans le cas des NTM. D’où de petites techniques de rappeur pour tenter de sonner pareil ou au moins arriver à faire croire qu’on est trop balaise, en masquant ses erreurs avec la complicité de DJ-concepteur-détonnateur-S.

Kool Shen, à propos de la prise de tête en studio

Du matériel rudimentaire des débuts du rap français, du travail sur le second album, 1993…J »appuie sur la gachette, de l’arrivée du producteur LG Experience (jeune frère d’Easy Moe Bee, ce qui n’est pas sans lien avec les sons qu’il trimballe chez NTM…) et de comment ce bon vieux ricain a foudroyé le son de Suprême NTM (en plus de foutre des complexes aux deux lascars). En termes de production, un fossé sépare « Pour un nouveau massacre » de n’importe quel titre d’Authentik. Suprême NTM comprend enfin que ce n’est pas de la faute de l’ingénieur du son. Le séisme ne fera que s’amplifier. Qu’est-ce qu’on attend est un chef d’oeuvre.

Kool Shen, à propos de LG et des caisses claires de Biggie Smalls

…j’en ai encore des heures de trucs comme ça, tellement que ça ne rentre plus dans l’ordi. Si vous êtes cool, je reviens. En attendant, vous pouvez toujours acheter le Hors Série des Inrocks, il y en a dix fois plus, aussi.
One,
Toma/

Publicités

2 Réponses to “SAINT DENIS FONK…”

  1. Ouais, vas-y, steplé, balance en d’autres d’extraits !

  2. Ah, ces inroku, incorru, euh, incorrigibles , pardon.
    Que se passe-t-il pour le magazine de ces bobos rockeurs qui ne s’interessent qu’au rap civilisé?
    Des lèvres s’agitent et les rumeurs se font plus pressantes : il en serait réduits à jeter ici et là des extraits d’articles pour attiser le désir de la clientèle?
    Bon c’est vrai certains sont tentants, l’écriture de blondeau est désormais plus vivante  que celle qu’il deployée dans feu radikal. Il bande plus(prononcer le s) aussi, on dirait. Et puis il est mignon, il succombe à l’effet « les feux de l’amour » (ou plus belle la vie, pour toi français lecteur ) en insufflant une micro dose de suspense à la fin.
    Bref, mise à part cet aspect produit marketing un peu détestable, ce blog est, quelque part, plaisant. Mais comme dirait mister daddy lord c, « j’ai beau boire vittel , j’arrive pas à éliminer ».
    Peace

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :