EMINEM…

Fragilisé par le succès, évadé d’une cure de désintoxication qui lui a presque couté le sourire, Eminem se reconstruit doucement. Une renaissance difficile qu’il commente largement sur Recovery, son nouvel album.

Je colle ici quelques morceaux d’audio qui ont servi à écrire cet article.

Eminem et Dr Dre, 2004.

Dans le palace parisien où Eminem est venu se planquer quelques jours pour parler à la presse, le niveau de sécurité est maximal. Dans les antichambres hermétiques ou patiente une poignée de journalistes, les épais mastodontes qui somnolent dans leurs fauteuils se lèvent brusquement au moindre mouvement. Au bout du couloir, c’est un Eminem hyper calme qui reçoit. Trop calme, presque. On sent la fatigue entre les dents, la lassitude sous les mots, lorsqu’il évoque sa vie à l’écart du monde. La maison de verre, comme sur la pochette de Recovery. Flingué à vue au moindre faux pas par tout ce que la planète compte de tabloïds acharnés, cloué au pilori à la moindre blague foireuse,  le blanc-bec a fini par rentrer chez lui. C’en est presque dommage…

Eminem à l’écart du monde

On attendait de lui un Relapse 2, on tombe sur Recovery. En réalité, la suite de Relapse (excellent disque, cohérent et bien produit, injustement dézingué par les médias sans aucun argument valable) s’est diluée entre les poubelles du studio de Dre et les quelques titres conservés qui figuraient il y a quelques mois sur la réédition Refill.  Recovery n’est pas Relapse 2.

Recovery contre Relapse 2

Recovery porte les stigmates de l’enfer, de cette cure de désintoxication infinie qui traverse l’album de part en part et en fait un des disques les moins drôles jamais enregistrés par Eminem. Il y a quelque chose de touchant à l’écouter parler de ce long processus de reconstruction. Réapprendre à écrire, être en studio sans avoir à se goinfrer de pilules. A son crédit, on reconnaitra qu’il ne joue pas ici la rédemption grandiloquente à l’américaine façon « je suis un nouveau moi ». Pas d’un nouveau départ, mais plutôt une continuité après une belle tarte dans la gueule dont on se remet difficilement. Ca sonne plus juste.

Eminem, à propos de sa renaissance

Prête-moi tes pills, pour écrire mes rimes…

La réalité, c’est que là, coincé entre ces tabloïds qui transforment chacune de ses blagues foireuses en scandale planétaire, ceinturé par sa nouvelle sobriété, Eminem est devenu sérieux par défaut. On le sent bien emmerdé dans son costume de superstar. Logiquement, cette année, c’est Justin Bieber ou Lady Gaga qui auraient dû s’en prendre plein la gueule, et quelques homo s’offusquer encore de ses méchantes rimes, mais en fait non. Rien de tout ça. Eminem est devenu méfiant, et a stoppé net les sarcasmes et hâbleries de branleur qui lui ont valu le tribunal à plusieurs reprises. Quitte à se faire chier un peu, logique… Quand je lui ai demandé si, entouré d’envieux, jalousé, haï ou déifié de partout, il y avait encore quelqu’un, dans son entourage, à qui il pouvait confier ces difficultés de superstar, quelqu’un qui soit capable de le comprendre ce truc chelou, il m’a répondu un truc que j’ai encore du mal à croire. Elton John, il a dit.

Elton whut !!?

Gay-friendly…

Je n’ai pas envie de chroniquer l’album ici. Il y a fort à parier qu’Eminem ne parviendra jamais à enregistrer un disque totalement mauvais, mais celui-ci est pourtant curieux, écartelé entre un rap nerveux et bien produit (Just Blaze, Khalil essentiellement) et des passages un peu foutraques, percés de chants pas toujours judicieux et de productions peu marquantes (on relève notamment un pauvre sample de ça). C’est un peu dommage, parce que techniquement, le lascar est encore au-dessus du lot. Je suggère cependant les excellents « Ridaz », « Cold Wind Blows » et « Won’t Back Down ». Et le monologue touchant « Talkin’ 2 Myself ». Et « Going throught change », mais ça n’engage que moi.

L’article, les détails, les suite ici

Publicités

8 Réponses to “EMINEM…”

  1. Je peux venir ici mais je peux pas acheter les Inrocks frère, je suis plutot à le prendre chez le dentiste ou chez Because et le jeter en l’air.

    ALORS ? LA FOURNAISE ?

    ZESAU !

    SAZAMYZY

  2. callllllllll mail ?????

    fry

  3. Super article. Complètement objectif réaliste et juste et c’est de plus en plus rare.

  4. Bien vu de réhabiliter RELAPSE qui vaut mieux que les commentaires expéditifs entendus partout (même dans la bouche d’Eminem d’ailleurs).

  5. SAZAMYZY BRAQUAGE A L AFRICAINE ! ZESAU MISTER YOU ! HAHAHAHA

  6. yes god

  7. Bien vu
    dj idam
    hip hop
    rap
    oran
    0776667131
    algerie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :