IAM : DE L’OMBRE A LA LUMIERE…

[REPORTAGE] En 1993, Ombre Est Lumière, deuxième album d’IAM, m’a mis une vraie gifle. C’est un disque à la fois triste, sérieux, mystique, drôle, réaliste ou science-fictionesque dans le même souffle, bourré de textes denses, de productions haut de gamme et serti d’interludes cinglés…

ab6e760057ae5ab269b40b513e65de85

Aujourd’hui encore, je vois Ombre Est Lumière comme l’album le plus fascinant d’IAM car il cristallise toutes les dimensions du groupe. Les dictions précises, les lumières martiales et la production rectiligne de l’Ecole du Micro d’Argent – évidemment excellent – ne sont qu’une extension des morceaux les plus « rigoureusement rap » d’Ombre Est Lumière, tout comme Métèque et Mat, premier solo d’Akhenaton, en est une extension des morceaux les plus personnels.

A l’occasion d’une réédition-bulldozer (5 CD bourrés d’inédits ou de remix), je suis allé passer du temps à Marseille. J’en ai tiré ce reportage sur l’enregistrement du disque, mais aussi l’état d’esprit d’IAM à cette époque. Car ce disque a bouleversé le groupe : naïfs et enthousiastes, ils sont entrés en studio avec la sensation que tout était possible, mais le succès phénoménal de l’album allait les envoyer au devant de belles embrouilles, contractuelles, financière et humaines. En deux ans, IAM est brusquement devenu adulte, laissant au studio une part de leur innocence, qui n’existe désormais plus que sur disque.

Le reportage est disponible en version XXL sur la version Premium des Inrocks qui vient d’ouvrir. Je vous invite à vous abonner, c’est plein de longs et beaux papiers qu’on prend le temps de bien faire. Et puis ça me fera des droits d’auteurs et donc une bonne occasion de vous inviter à boire une mousse !

http://abonnes.lesinrocks.com/2015/04/25/musique/iam-de-lombre-a-la-lumiere-11744345/

IMG_1322

Mais comme je suis résolument et définitivement trop cool, je vous glisse quelques extraits de cette épopée sur mon blog !

Imhotep, à propos de l’arrivée au studio de la Blaque, gigantesque complexe avec villa et piscine où le groupe va s’enfermer pendant deux mois :Je me souviens d’une vraie folie, d’une insouciance totale. Nous n’avions aucune limite, tant au niveau de l’écriture que de la composition ou du choix des samples. Le marché du rap était tellement anecdotique que personne n’avait encore songé à venir nous chercher la petite bête sur notre utilisation des samples. On était au sommet de la montagne, le lâchage était complet”.

AKH, à propos de l’ambiance : “Notre grand jeu était de tourner dans Marseille avec une caméra en faisant des reportages pour une chaîne qu’on avait baptisé M Suce. On interviewait des putes, des macs, des mecs qui se bastonnaient sur le port… Quand on a été un peu mieux lotis, on a rebaptisé la chaîne Canal Suce. On traînait la nuit, on croisait Khaled qui sortait des cabarets… On était tellement libres…”

Capture d¹écran 2015-04-24 à 18.40.58

Imhotep, à propos de la production, de Public Enemy et de Nick Sansano : “Public Enemy était notre référence absolue, nous étions dans la même optique que le Bomb Squad en termes de composition : on faisait des titres en empilant des strates de son, ce qui est un exercice très particulier en termes d’enregistrement et de mixage. Nick Sansano, qui avait travaillé aux ce groupe, était l’homme de la situation, il allait nous apporter la rigueur nécessaire. Ca a été notre premier vrai choc. (…) Le fait que Nick a été présent à Marseille depuis le début de la production a tout changé. Il nous a apporté sa précision au moment de l’enregistrement. Ca a été fondamental, car il n’y avait pas d’ordinateur à l’époque : lorsque tu enregistres sur bande analogique, tu ne peux pas recaler des éléments ou corriger les placements comme on le fait aujourd’hui sur un logiciel comme Pro Tools ; tout doit être parfaitement en place. En outre, plus tu empiles de sons, plus il est difficile de les mixer sans étouffer telle ou telle fréquence. Or, chez IAM, sur un même titre, tu avais trois breakbeats, des caisses claires supplémentaires, deux ou trois samples, deux lignes de basses, c’était fou… Sansano, qui avait mixé des disques de Public Enemy, savait se débrouiller avec ça »

Kheops, à propos des montages sonores dont le disque est rempli :Ces phrases que je scratche, il a fallu parfois les créer nous-même, réaliser des montages. Dans ces disques de documentaires sur l’Egypte, je pouvais sampler des noms comme Akhenaton, Imhotep ou Kheops, mais le nom de Shurik’n, qui n’a rien à voir avec l’Egypte, je ne l’avais pas. Donc j’ai isolé le mot ‘Hurricane’, dans une chanson d’Alexander O’Neal, et le son [sh] de Flavor Flav [Public Enemy, NDLR] quand il dit ‘Hey yo [Ch]uck !’, et j’ai taillé les deux pour faire sonner le mot [Sh-urricaiiine], le presser sur disque vinyle et pouvoir le scratcher .”

AKH, au sujet du succès de « Je danse le Mia » : “Je ne pouvais même plus sortir de chez moi, on était complètement dépassés”, se souvient Akhenaton. “Et on était aussi très déçus que ce soit ce titre un peu souriant qui, aux yeux des gens, nous représente, plutôt qu’un rap plus orthodoxe comme il y en avait plein dans l’album.”

Capture d¹écran 2015-04-24 à 18.35.12Imhotep, au sujet du méchant procès en violation de droit d’auteur intenté par un label français à cause du morceau « Le Soldat » : Ils nous sont tombé dessus pour nous prendre un maximum de fric. Il a fallu calculer et rembourser tout ce qu’avait généré le titre, accompagné bien entendu de dommages et intérêts. Ca a été notre première confrontation avec ce qui est, on le sait depuis, un vrai milieu de requins”.

AKH, en regardant dans le rétroviseur : « C’est aussi et surtout la fin de l’adolescence, le début des inquiétudes d’adulte, analyse Akhenaton. Ces histoires de sampling, de business, ont rongé notre insouciance vis à vis de la musique, mais il y a aussi le temps qui passe. Désormais, nos vies sont plus confortables, mais aussi plus ternes, en un sens, plus inquiètes. Aujourd’hui, rien n’a changé entre nous, on déconne toujours autant, mais je constate que ça s’entend moins dans nos disques ».

Check le reste chez Les Inrockuptibles !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :